Ce site Web a des limites de navigation. Il est recommandé d'utiliser un navigateur comme Edge, Chrome, Safari ou Firefox.

Retrouver un savoir-faire Belge

La localisation géographique avait également son importance, nous voulions du local et avons fait le choix de nous fournir dans un rayon de moins de 1000 km.

Aujourd'hui, nous vous proposons d'en connaitre un peu plus sur nos partenaires. Découvrez-en plus sur leur travail et leurs enjeux.

Lorsque nous avons démarré notre recherche d'atelier, nous avons découvert qu'il restait trois ateliers en Belgique. Pour notre plus grand bonheur, on peut encore retrouver un savoir-faire local.  

Nous avons eu la chance de rencontrer des personnes passionnées qui étaient heureuses de nous en apprendre plus sur le métier de la bonneterie. Les tensions, les gauges, les points, diminutions, toutes ces spécificités qu'il faut maitriser pour donner vie à nos produits.

Souvent on se dit que l'on a de la chance de pouvoir collaborer avec ces artisans qui ont survécu au temps et à la délocalisation. 

Particularité / Signe distinctif :  Une entreprise familiale, Trees Cousy est la cinquième génération à partager son métier.
Des designers comme Christian Wijnants, Dries Van Noten et Christophe Lemaire font appel à l'équipe d'experts pour réaliser leurs modèles.

René, d'où vient votre passion pour la maille ?

J’ai toujours eu une affinité avec la mode. Durant mes études à l’Académie des Arts, j'ai appris à avoir beaucoup de respect pour l'artisanat et ses méthodes. Mais je n'ai aucune patience pour les tâches répétitives; c’est pourquoi j’aime travailler avec des machines industrielles qui font tout le travail subalterne. Je peux donc me concentrer sur les questions techniques et créatives. 
 

Pourquoi as-tu choisi de venir travailler chez Cousy?

Ce que j'aime le plus dans mon travail chez Cousy, c'est que je garde un pied dans le monde technique et un dans le monde de la créativité de la mode.

De plus, nous fabriquons rarement des pièces de spectacle qui sont portées par un seul modèle une seule fois, pendant quelques minutes. Nos styles sont créatifs, mais ils sont portés par de vraies personnes dans la vraie vie! Cela rend mon travail plus ancré.


Combien de temps vous faut-il pour développer un modèle?

Cela varie beaucoup et c’est également imprévisible. Parfois, je peux programmer un pull en quelques heures. Parfois, un design a l'air simple… mais c’est alors qu’il me pose un tas de problèmes ! D'autres conceptions sont si compliquées qu'elles peuvent prendre une semaine.

J'ai tricoté des échantillons de tissus pour toutes les différentes techniques, à revoir par la créatrice. Ensuite, j'ai programmé les styles en fonction des croquis et des échantillons approuvés. Parfois, je suggérais des changements mineurs aux modèles en fonction de ma connaissance des techniques.

J'ai tricoté les premiers prototypes de tous les styles, qui ont ensuite été ajustés et revus par la créatrice. J'ai ensuite développé des seconds prototypes basés sur les retours de la designer. Dans certains cas, un troisième prototype était nécessaire. Lorsque nous sommes arrivés au produit final, la créatrice était satisfaite des prototypes.

Le programme avec lequel je travaille s'appelle M1 Plus et me permet de «dessiner» le modèle, d'une certaine manière; puis il traduit mon «dessin» en code machine, qui est ensuite exécuté par nos machines à tricoter à plat industrielles.


As-tu un mot à ajouter sur le projet Around Mrs. O :

J'ai aimé trouver un moyen de concevoir les manches si volumineuses! Je voulais garder la couture à l'intérieur de la manche mais ajouter du volume supplémentaire à l'extérieur. Chaque changement de forme laisse une marque visible et mon objectif était de m'assurer que ces marques perturbent le moins possible la texture régulière du tricot.

 

Si vous désirez plus d'information, n'hésitez pas à nous envoyer un email.

Panier

Plus de produits disponibles à l'achat

Votre panier est vide.